Menu Fermer

Le mot du Directeur

Sustainable Development Management Institute (SDMI) n’est pas qu’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche.

Je crois, comme THIRULLUVAR, à la Vertu et à la Morale de la Vie, la Richesse de l’Homme, à l’Amour, les valeurs sentimentales et psychologiques de la Vie. Il livre à travers ses couplets l’Unité dans la Diversité et à l’Art du Vivre.

Je crois, comme SOCRATE, à la pratique du dialogue. Il semble que nous devons désormais tout reprendre à zéro : nous redevenons les contemporains de Socrate, qui dans les rues d’Athènes et sur la place publique, discutait avec ceux qui l’entouraient, de ce qui fait la valeur d’une vie humaine, de ce qui motive telle ou telle action individuelle ou civique, des buts que poursuivent l’individu et la cité. Sa pensée, fondée sur le dialogue qui admet la pluralité et la tolérance, nous encourage à redécouvrir des principes universels, qui conduiraient l’Humanité vers plus de Fraternité et de coopération pour mieux vivre ensemble. Dialectiser ou Philosopher est comprendre que la réalité est une et multiple à la fois, et qu’après avoir divisé, le rassemblement permettra le retour à soi.

Je crois, comme RABELAIS ET MONTAIGNE, une éducation générale et humaine. Personne n’a mieux compris que Montaigne, la nécessité de développer dans chaque individu les facultés qui font l’Homme, avant de lui apprendre le métier qui fait le spécialiste. Montaigne ne veut sa doctrine de l’éducation, ni austère dans ses buts, ni rigoureuse dans ses procédés, mais conforme à la nature et au développement naturel de l’élève, appliquée avant tout à affiner le sens critique et orienter vers le bonheur par la sérénité de l’âme et la lucidité de l’esprit.

Je crois, comme CONDORCET, comment concilier l’unité de l’école et la diversité sociales des enfants ? Comment transmettre uniformément un minimum de connaissance et de sentiments moraux à tous les membres d’une république, des savoirs de base identiques pour tous, dans un milieu national socialement divers ? Comment empêcher que le savoir de quelques uns ne se transforme en pouvoir absolu sur les autres ?

Je crois, comme EINSTEIN, à une Education pour une pensée libre et holistique. Il ne suffit pas d’apprendre à l’Homme une spécialité. Car il devient ainsi une machine utilisable mais non une personnalité. Il importe qu’il acquière un Sentiment, un Sens pratique de ce qui vaut la peine d´Etre entrepris, de ce qui est Beau, de ce qui est Moralement droit. Sinon il ressemble davantage, avec ses connaissances professionnelles, à un chien savant qu´à une créature harmonieusement développé. Il doit apprendre à comprendre les Motivations des hommes, leurs chimères et leurs angoisses pour déterminer son rôle exact vis-à-vis des proches et de la communauté.

Pour reprendre sa citation, Les excès du système de compétition et de spécialisation prématurée sous le fallacieux prétexte d´efficacité, assassinent l´esprit, interdisent toute vie culturelle et suppriment même les progrès dans les sciences d´avenir. Il importe enfin, pour la réalisation d´une parfaite éducation, de développer l´esprit critique dans l´intelligence du jeune homme. Or la surcharge de l´esprit, par le système des notes, entrave et transforme nécessairement la recherche en superficialité et absence de culture. L´enseignement devrait être ainsi: celui qui le reçoit  le recueille comme un don inestimable mais jamais comme une contrainte pénible.

Je crois, comme Ken ROBINSON, pourquoi l’éducation moderne ne cherche pas à obtenir le meilleur des gens ? C’est parce que nous avons été éduqués à devenir de bons travailleurs, plutôt que des penseurs créatifs. Les étudiants avec des esprits et corps agités – loin d’être cultivés pour leur énergie et leur curiosité – sont ignorés, voire stigmatisés avec des conséquences terribles. «Nous éduquons les gens en dehors de leur Créativité »,

Je crois, comme disait SAINT-EXUPERY, « Connaître, ce n’est point démontrer, ni expliquer. C’est accéder à la Vision. »

Je crois que de très nombreuses personnes finissent leur vie n’ayant aucune idée de ce que leurs talents sont ou pourraient être. D’une, je dois reconnaître que l’épanouissement humain n’est pas un processus mécanique, c’est un processus organique. D’autre, je crois que notre seul espoir pour le futur est d’adopter une nouvelle conception de l’écologie humaine, une où nous commencerions à repenser notre conception de la richesse de la capacité humaine. Notre système éducatif a miné notre esprit de la même manière que nous avons épuisé la Terre : pour une ressource particulière.

Je crois que SDMI peut répondre aux questions de demain : Créativité, Humanité, Vision

Mr B. GANESSANE – CEO of Sustainable Development Management Institute